Contribution du Parti Radical au débat sur l’identité nationale

L’organisation d’un débat sur l’identité nationale offre, à chacun d’entre nous, l’occasion de reconstituer le fil parfois ténu de son histoire personnelle, celle de sa famille, de ses ancêtres, de ses origines, de ses convictions et de ses croyances ; de procéder à un vaste examen de sa conscience citoyenne, historique et philosophique.

L’individu n’est pas une page blanche. Il ne naît pas orphelin car tout homme est au moins le fils d’idées, de rencontres, de révoltes ou d’adhésions. Et c’est cette somme de destins croisés qui forme une Nation. On comprend dès lors pourquoi la nationalité est tout sauf une évidence, une donnée statistique ou un simple fait juridique. Elle est au contraire un sentiment complexe, vivant, pluriel, profondément dynamique, situé aux confins de l’histoire, de la géographie et de la philosophie.

Ainsi et par un curieux paradoxe, ce qui est censé nous définir avec le plus de certitude ou de vérité vis-à-vis du reste du monde, relève lui-même du domaine de l’indéfinissable. D’où la nécessité pour chacun d’entre nous, d’effectuer, à intervalles réguliers, ce si beau et si difficile travail de conscience individuelle et collective. La Nation est une communauté de destin en perpétuelle interrogation et donc, en perpétuelle reconstruction. La figer, c’est la condamner. Surtout lorsque l’on est Français.

Car être Français, c’est d’abord une aspiration. On est Français parce qu’on le veut et parce qu’on croit à la devise de la République : liberté, égalité, fraternité. Trois mots qui à eux seuls, résument toute la quête de l’Humanité. Trois mots inflexibles et exigeants dont l’héritage est un devoir. Trois mots qui nous obligent et qui constituent la base de toute vérité collective, la condition de toute dignité et l’origine de toute communauté. Trois mots qui font toujours de l’autre un citoyen potentiel, un ami ou un frère.

Etre Français, c’est avoir la conscience claire, forte, profonde, d’appartenir à une communauté de destin. C’est avoir la conscience que cette appartenance permet non seulement de changer sa propre vie mais également de participer à l’histoire du monde. Etre Français, c’est vivre ensemble ; c’est vivre par les autres et pour les autres. Etre Français, c’est être universel ou, tout au moins, vouloir l’être, au-delà des différences d’origines ou de religions. C’est , à l’image d’un Claude Lévi-Strauss, chercher ce qui caractérise l’humain derrière chaque langue, chaque pays, chaque région, chaque croyance ou chaque coutume. C’est rechercher ce qui unit, ce qui rassemble et non ce qui sépare. C’est apprendre à voir l’autre par le prisme des Lumières et de la vérité. C’est aussi savoir répondre aux appels lancés par sa conscience.

Etre Français, c’est croire que la République est une aventure collective, qui se construit jour après jour, dans les victoires comme dans les épreuves, dans la prospérité comme dans la difficulté, dans la concorde comme dans les malentendus. Une aventure unique, inédite, car fondée sur une valeur – la laïcité – qui nous a été donnée en héritage et qui n’existe nulle part ailleurs. Une valeur qui plonge ses racines au plus profond de notre histoire et qui est le fruit de plusieurs siècles de maturation philosophique, de déchirements et de rassemblements, de guerres et d’aventures militaires parfois malheureuses.

En effet, si l’on se tourne vers les autres Nations en Europe et dans le reste du monde, on constate que parmi ce qui nous distingue, ce n’est ni la langue, ni la couleur de peau (mais quelle couleur en ces temps du métissage bienvenu ?), ni les origines géographiques, ni la même culture, mais cette notion si particulière de laïcité. Une notion qui se nourrit à la fois de respect, de tolérance et de distance critique. Une manière de vivre qui ne rejette rien si ce n’est l’obscurantisme, la violence ou l’aveuglement car la tolérance c’est d’abord de refuser l’intolérable et qui privilégie le libre-arbitre. Sans liberté de ne pas croire, il n’y a pas de foi véritable et sans la laïcité, notre devise nationale resterait en partie lettre morte. Elle en est la sève, le socle, la condition.

 

Ainsi, on ne peut pas parler en France d’identité nationale sans parler d’identité républicaine. Depuis les Lumières, la République et la Nation forment un tout cohérent, les deux visages d’une même réalité. L’identité républicaine est ce supplément d’âme qui permet d’arracher l’identité nationale aux seules considérations géographiques ou culturelles. C’est aussi celle qui nous permet de porter un regard sans cesse renouvelé sur le monde.

Publié le novembre 25, 2009, dans Ce que j'ai à vous dire, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :