Archives de Catégorie: Ce que j’ai à vous dire

Séance publique du Conseil Départemental du Rhône – 5 Février 2021 – Mon intervention sur le développement économique et l’aménagement du territoire.

Je suis intervenu sur l’aménagement du territoire et le développement économique après un rapport sur l’aménagement de la plaine de Saint Exupéry, en participation avec le département de l’Ain.

Je rappelle que nous sommes quand même dans deux domaines, qui sont des domaines de compétence de la Région, par définition. Je félicite le Département d’intervenir par solidarité sur des territoires dont il est nécessaire de promouvoir le développement. Cela produit de la richesse et des ressources pour notre Département, et permet également d’apporter des réponses aux personnes qui sont en demande d’emploi. Cela me paraît tout à fait cohérent.

En revanche, depuis le début de ce mandat, la Région est quand même le grand absent sur le développement économique de notre territoire, le seul à ne pas avoir une agence départementale de développement économique.

Malgré de nombreuses réunions, nous devons nous débrouiller seuls !

Que dire des initiatives telles que ce fameux axe Roanne, la COR et l’agglomération de Villefranche qui a été fait sans même que la CCSB ou les Pierres Dorées ne soient concertées pour savoir si elles voulaient s’y associer.

Le développement économique ne s’arrête pas aux limites d’un département. Un exemple sur notre territoire avec le Département de l’Ain, le développement économique est concurrentiel puisque des aides sont apportées par le Département et un financement par la Région est apporté aux entreprises afin qu’elles se déplacent. La conséquence : une surcharge du pont de Belleville. Toutes les navettes se font pour aller sur cet aménagement qui est à 2 kilomètres de notre département, et qui n’entre pas dans une vraie analyse et cohérence territoriale.

Qu’une aide soit apportée aux entreprises, tout à fait, des choses existent. Que nos recettes puissent s’être développées par nos recettes économiques, je rappelle que si cela allait sur notre territoire, c’est par le Lybertec, pris en charge par le Département et les collectivités locales et non par la Région. D’ailleurs, elle ne s’est pas substituée au Département lorsqu’il s’en est retiré, elle ne l’a pas remplacé.

On sait quel est le bassin économique, il y a des cartes INSEE et des repérages pour le dire. Je peux vous assurer que je n’ai pas manqué de solliciter la Région pour notre territoire, au-delà même de la communauté de communes dont j’étais président, je parle de tout le syndicat mixte – Bruno PEYLACHON était le vice-président au développement économique sur ce territoire – nous n’avions aucun interlocuteur, aucune réponse. Chaque fois, on nous disait qu’il y avait des discussions avec le Département, que cela allait revenir, que l’on ne savait pas comment le traiter. Je comprends que notre département soit compliqué s’agissant de l’aménagement des territoires, parce que la Plaine de Saint-Exupéry a des relations avec l’Isère et l’Ain, ce n’est pas la même chose que le nord du département ou que l’ouest, qui a des relations avec la Loire. Nous sommes frontières de la Loire, de la Saône-et-Loire et de l’Ain.

Les bassins sont forcément différents, mais c’était à la Région de piloter cette réflexion.

Nous savons que nous sommes en train de toucher les dividendes des engagements pris ces vingt dernières années. Nous payerons cher l’absence de stratégie globale, de réflexion, dans vingt ans.

Nous souffrons gravement de manque de perspectives et d’interlocuteurs.

Je regrette qu’il n’y ait pas eu de stratégie d’aménagement du territoire et de développement économique avec la Région pendant ce mandat.

C’est un constat, c’est un fait.

Pour revenir sur le CPER (Contrat plan Etat Région), tout comme vous, je trouve inadmissible que le précédent président n’ait pas rencontré les présidents des Départements pour aménager le CPER. En même temps, donner plus à certains Départements de la région Auvergne Rhône-Alpes qui sont en très grande difficulté par rapport aux ressources que pouvaient développer le Département du Rhône n’est pas quelque chose qui me choque. Si c’est pour distribuer tant par habitant, ce n’est pas la peine de faire un plan, on donne une subvention par habitant sur tous les territoires et on laisse faire.

Nous savons très bien qu’en Auvergne Rhône-Alpes, il y a des territoires qui n’ont pas les infrastructures que nous avons, qui ne sont pas aussi proches de la Métropole, et qui méritent des aides supplémentaires. Nous devons également le faire dans le Département où des territoires doivent être plus aidés que d’autres parce que nous avons plus de handicaps.

Les investissements précédents ont permis de développer certaines parties de notre territoire, cela a été fait, et à juste titre, la preuve en est que nous avons des résultats.

L’égalité, ce n’est pas l’uniformité, c’est analyser ce qui peut être dynamique.

Cette réflexion doit être portée sur l’aménagement pour l’avenir, mais c’est sans aucune polémique ni précampagne.

Pour l’OMS, la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social

La crise que nous traversons nous fait prendre conscience de la nécessite d’une approche globale de la santé qui ne se limite pas à la seule dimension sanitaire.

La santé ne relève pas d’un ministère restreint confié à un professionnel soignant. A l’image du grand ministère de Jean Louis BORLOO rassemblant le développement durable, l’énergie, l’écologie, le transport, un grand ministère de la Santé devrait rassembler le sanitaire, le médico-social et le social. Cette approche holistique de la santé pourra se décliner au niveau national en secrétariats d’Etats spécifiques confiés à des élus non spécialistes pour veiller à rendre les décisions intelligibles et compréhensibles. C’est la condition du contrôle démocratique nécessaire à la cohésion nationale.

Le gouvernement doit montrer le chemin avec un nombre de ministères restreint. Outre la Santé avec le social, l’Éducation avec la culture, l’Économie avec les finances, la Sécurité intérieure et extérieure, les Affaires étrangères et européennes, l’Aménagement du territoire sous toutes ses formes, constitueront un Conseil des Ministres resserré. Ces grands ministères pourraient se décliner en secrétariats d’état spécifiques confiés à des élus en charge de contrôler une haute administration brillante mais déconnectée de la réalité des territoires. La mise en oeuvre des décisions nationales par les collectivités territoriales rendra la décentralisation effective. Cette décentralisation qui ne se réduira plus à une administration territorialisée par les services déconcentrés de l’État. Il faut une réelle autonomie des collectivités dans leur domaine de compétence et ramener le rôle de l’État à en fixer le cadre.
Reste enfin à clarifier les compétences des collectivités locales pour que les citoyens sachent clairement qui fait quoi et que les élus puissent assumer leur responsabilité sans se défausser sur les autres collectivités. C’est en redonnant cette lisibilité aux citoyens que nous les réconcilierons avec la politique pour qu’ils retournent aux bureaux de vote plutôt que d’alimenter les querelles stériles des réseaux sociaux.

MEDECINE et POLITIQUE à l’épreuve du CORONAVIRUS

La Médecine n’est pas pas une science exacte. C’est un art, appliqué à la santé des gens. L’exercice médical requiert de puiser dans des sciences telles la physiologie, l’anatomie, la pharmacologie, la virologie, la psychologie et bien d’autres. C’est la synthèse de toutes ces références scientifiques qui est mise au service d’un seul patient pour lui apporter les soins adéquats.

 

De mème la Politique n’est pas une science exacte. Elle s’inspire de l’histoire, la géographie, l’économie, la sociologie, la psychologie également et bien d’autres aussi. C’est la synthèse de ces réflexions qui permet la décision non pas au service d’une seule personne mais dans l’intérêt de toute une population et de tout un territoire.

 

Tout comme le plus éminent chercheur ne sera pas forcement le médecin le plus efficace, le plus éminent économiste ne sera pas forcément le meilleur gestionnaire d’une collectivité.

Il convient donc, de se méfier des professeurs Diafoirus que les médias rendent fous et qui chaque soir quittent leur domaine de compétence pour donner des conseils péremptoires de Santé publique, qui est une discipline à part entière, et que les plus éminents spécialistes d’infectieux ou de réanimation ne maitrisent pas parfaitement.

Certains Politiques ne sont pas en reste non plus, qui ont reprochés au Président et au Gouvernement de trop affoler l’opinion au début puis de ne pas avoir réagit suffisamment tôt ensuite et qui donneront finalement tort à tous ceux qui prennent des décisions, furent murement réfléchies et étayées scientifiquement.

 

La Médecine moderne est préventive, prédictive, personnalisée et participative. Elle doit également être pertinente en mesurant la justesse des moyens diagnostiques et thérapeutiques.

La décision politique doit également intégrer toutes les données du contexte économique, environnemental, social pour être efficace.

 

La population ne s’y trompe pas en applaudissant tous les soirs les soignants, tous les soignants quelque soit leur fonction dans la chaine du soin.

 De même les élus locaux qui redoublent d’engagement avec les moyens du bord méritent le respect et ne doivent pas être confondus avec ces « parlementeurs » qui inondent les ondes nationales.

 

En ces temps difficiles, c’est d’humilité dont nous avons besoin. D’humilité et du sens des responsabilités.

Présidence UDI du Rhône

Chers amis,

L’élection à la Présidence de l’UDI du Rhône me procure une satisfaction que je n’imaginais pas. D’abord par la mobilisation de plus de 80% des électeurs de l’UDI qui témoigne de l’intérêt qu’ils portent à notre formation, ensuite parce que j’ai été très clair sur le sens de mon engagement pour notre famille politique. Une nouvelle ère s’ouvre à nous, dans un nouveau département, avec une nouvelle fédération.

L’enthousiasme que j’ai ressenti pour mettre fin à cette machine à perdre qui s’était installée, m’oblige. Très vite nous devons tous ensemble nous mettre au travail pour rassembler toutes celles et tous ceux qui partagent nos valeurs humanistes, progressistes et européennes.

Nombreux sont les élus et les citoyens responsables qui attentent de nous une formation politique exemplaire qui écoute, enrichit le débat national et donne de vraies chances à celles et ceux qui s’engagent.

Nos différentes composantes doivent additionner leurs thèmes de réflexion et nous devons organiser canton par canton, communauté de communes par communauté de communes, le repérage, la formation de nos militants et de nos futurs élus.

Je vous proposerai très bientôt une rencontre pour mettre en place notre stratégie militante et électorale.

Je remercie encore toutes celles et tous ceux qui partagent ma vision pour notre fédération et qui m’ont apporté leur suffrage et j’invite toutes celles et ceux qui sont prêts à s’engager loyalement avec nous à nous rejoindre pour cette aventure que je veux exaltante.

bernard fialaire (2)

En présence de Dominique Moyse, Responsable National des fédérations et des élections de l’UDI

Cérémonie des voeux 2015 à Belleville – Hommage à Charlie Hebdo

La cérémonie des vœux de la municipalité à la population de BELLEVILLE avait une teneur particulière vendredi 9 janvier au soir.

Parce que la France était encore sous le choc et BELLEVILLE avait réagi à l’unisson face à la barbarie en participant au recueillement national pour la LIBERTE d’expression. Au-delà de la liberté d’expression, c’est la LIBERTE, tout court, qui était saluée, associée à l’EGALITE et à la FRATERNITE qui sont les valeurs de notre République qui éclairent le monde civilisé depuis la Révolution Française. Le monde entier s’associe à cet hommage de Barack OBAMA à tous les chefs d’Etats Européens qui marcheront dimanche au côté des Français.
Je me souviens de l’élan de générosité et de solidarité de notre pays lors du Tsunami il y a 10 ans. J’aime mon pays, j’aime la France lorsqu’elle se rassemble autour de ses valeurs et ses traditions. L’impertinence, l’humour, la caricature sont dans la tradition française depuis Montaigne, Voltaire, le panache de Cyrano, les dessins de Daumiers et les chansonniers. Les caricaturistes sont les chansonniers des crayons. Il s savent en quelques traits nous faire rire ou nous émouvoir ou les deux en même temps pour nous faire réfléchir sur des sujets graves, sérieux, ou mesurer le dérisoire que certains prennent au sérieux pour se donner de l’importance.

C’est bien une chose sérieuse à laquelle se sont attaqués des fanatiques barbares aveuglés par la bêtise et la suffisance. Il faut vraiment manquer de modestie pour se croire investi d’une mission divine. En 2014 nous avons commémoré le 100ème anniversaire de cette boucherie que fut la guerre de 14. La « der des der », comme le réclamaient ceux qui l’avaient vécue. C’était sans compter sur la capacité humaine à générer des monstres qui ont pu enfanter le nazisme, l’extermination d’innocents au prétexte de leurs religions, de leurs origines, de leurs convictions. Des hommes, des femmes et des enfants, tous innocentes victimes d’attentats successifs avec comme point culminant celui du 11 septembre.

En 2014, en commémorant le 70ème anniversaire du massacre d’Oradour sur Glane nous le croyons encore impensable. Hélas le massacre de 17 personnes : dessinateurs, journalistes, agent de sécurité et policiers nous nous rappelons que l’espèce humaine peut produire des monstres, les endoctriner et les préparer militairement à commettre des actes atroces. Mais ils ne vaincront pas. Ils ne passeront pas. Il y a suffisamment d’humanité sur notre terre pour faire gagner l’entente et la concorde universelle en bonne intelligence.

L’opinion mondiale le rappelle, la France le démontre et Belleville s’y associe.

Article du Progrès: ma candidature aux élections départementales

CANTONNALES 2015

Retour sur les résultats des sénatoriales 2014

Une semaine après les élections sénatoriales, il convient de revenir sur le résultat du département du Rhône. Alors que l’UDI a réussi une belle percée au niveau national avec 10 sièges gagnés, dans le Rhône elle perd un siège. Dans une démocratie les électeurs ont toujours raison. Ils ne peuvent pas avoir raison lorsque nous gagnons et tord les soirs de défaite. Alors pourquoi un tel résultat dans le Rhône ? Lire la suite

Elections sénatoriales : message aux grands électeurs

liste udi senat: message aux grands électeurs

Sénatoriales: communiqué de presse de l’UDI du Rhône

udi69

La FNAC arrive à Belleville !

Arrivée de la FNAC Belleville – Article du Patriote Beaujolais-Val-de-Saône :

La FNAC à Belleville dans le Rhône Commentaires de Bernard Fialaire, Maire de Belleville