Humeurs estivales

Tout l’été a été pollué par cette notion de crise. Mais de quelle crise s’agit-il ? Il y a une composante masochiste dans cette crise, on se fait peur, on se fait mal. On nous prédit une épidémie grippale mais d’une grippe qui ne rendrait pas malade ! Ces angoisses collectives deviennent ridicules. En fait de crise, on se demande s’il ne s’agit pas d’une crise d’adolescence. On rejette le modèle des parents.

Les parents c’étaient quoi ? C’était Woodstock, la libération des corps, la fin de la discrimination, la prise de conscience du pouvoir collectif de la jeunesse, la contestation de la guerre. Maintenant on fait le contraire, on rhabille les corps : fini les seins nus sur les plages et dans le pire des cas c’est la burqua ! Fini les mouvements collectifs et retour à l’individualisme forcené où chacun en veut toujours plus pour lui et on continue les guerres en Afghanistan.

Il n’y a que les championnats du monde d’athlétisme avec Ussein BOLT, le Barack OBAMA Jamaïquain, pour apporter de la fraîcheur et de la fantaisie. On peut désormais battre des records du monde sans se prendre au sérieux ! Le stade entier lui a souhaité un bon anniversaire, c’est preuve qu’il n’y a que les choses simples partagées collectivement pour gouter au bonheur.

Publié le août 28, 2009, dans Ce que j'ai à vous dire, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :