J’ai plus de 50 ans et toujours pas de Rolex !

Sans Rolex à 50 ans, on aurait raté sa vie selon Jacques SEGUELA. Sentence ou boutade de l’ex conseiller de François MITTERRAND, celui de la « force tranquille » désormais conseilleur, en cour, du nouveau Président ?

Quoi qu’il en soit, cette réflexion est symptomatique de l’état de crise de notre société. Reflète-t-elle le « bling bling » de Nicolas SARKOZY ou de Julien DRAY ? Le journal MARIANNE en rajoute même avec son enquête sur « le blues du quinqua… ! » Le quinqua 2009, ce post soixante – huitard qui se croyait libéré. Libéré des pesanteurs des états par sa militance dans les « Organisations Non Gouvernementales » soutenant Médecins sans Frontières pour alléger le fardeau de Bernard KOUCHNER, le tiers mondiste, avant qu’il ne devienne mondain et gouvernemental. Avant qu’il ne monnaie si chèrement ses incontestables talents à des pays dont la population est si pauvre. Avant qu’il ne devienne l’obligé de dirigeants corrompus. Il nous a enseigné le devoir d’ingérence et a suffisamment œuvré pour en devenir le symbole. Il doit désormais accepter notre droit d’ingérence dans la morale de ses affaires.

Je fais partie de cette génération, qui s’est plongée à corps perdu dans l’hyperactivité professionnelle sitôt les études terminées pour devenir un citoyen, contribuable, consommateur, modèle du système économique qui nous demandait toujours plus. Toujours plus pour qui ? Pour un petit nombre, cette nouvelle aristocratie qui se partage le pouvoir, la haute administration, les entreprises publiques et les grands groupes financiers privés. Pendant que ceux qui travaillent dans des conditions toujours plus stressantes, sombrent progressivement dans toujours plus de précarité.

J’ai éprouvé le besoin d’en sortir, de faire changer les choses. J’ai eu la chance de faire partager mes convictions au plus grand nombre qui m’a élu. J’ai assumé le mépris avec lequel on me traitait de ringard lorsque je mettais en avant les valeurs républicaines de LIBERTE, d’EGALITE des chances, de FRATERNITE, c’est à dire de solidarité garantie par la laïcité des institutions. Je n’ai pas fait appel à Monsieur SEGUELA pour mener mes campagnes et avec du recul, je ne regrette aucune des références affichées : il y a 15 ans déjà je rappelais qu’ « on n’hérite pas de la terre de ses parents, on emprunte celle de ces enfants », j’ai ensuite avancé que « demain ne doit pas être ce qui va arriver mais ce que nous allons en faire » et je reste fidèle « au devoir de dire et au courage de faire ».

Des murs sont tombés : celui de Berlin, il y a 20 ans et tout récemment celui de Wall Street, de l’autre côté. Alors si nous ne voulons pas aller dans un autre mur, ne nous laissons pas aveugler par ce qui brille. Les bracelets des Rolex ne sont que des menottes de luxe qui rattachent au Monde passé. Je sais aujourd’hui que je ne veux pas de ce signe distinctif d’un milieu que j’exècre. Comme le loup de LA FONTAINE voyant le cou du chien pelé, je préfère garder ma LIBERTE et remettre les pendules à l’heure pour tous les déboussolés éblouis par un soleil qui ne brille que pour eux.

Le premier engagement environnemental universel est bien que le soleil doit briller pour tout le monde.

Publié le mars 3, 2009, dans Non classé, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :