MEDECINE et POLITIQUE à l’épreuve du CORONAVIRUS

La Médecine n’est pas pas une science exacte. C’est un art, appliqué à la santé des gens. L’exercice médical requiert de puiser dans des sciences telles la physiologie, l’anatomie, la pharmacologie, la virologie, la psychologie et bien d’autres. C’est la synthèse de toutes ces références scientifiques qui est mise au service d’un seul patient pour lui apporter les soins adéquats.

 

De mème la Politique n’est pas une science exacte. Elle s’inspire de l’histoire, la géographie, l’économie, la sociologie, la psychologie également et bien d’autres aussi. C’est la synthèse de ces réflexions qui permet la décision non pas au service d’une seule personne mais dans l’intérêt de toute une population et de tout un territoire.

 

Tout comme le plus éminent chercheur ne sera pas forcement le médecin le plus efficace, le plus éminent économiste ne sera pas forcément le meilleur gestionnaire d’une collectivité.

Il convient donc, de se méfier des professeurs Diafoirus que les médias rendent fous et qui chaque soir quittent leur domaine de compétence pour donner des conseils péremptoires de Santé publique, qui est une discipline à part entière, et que les plus éminents spécialistes d’infectieux ou de réanimation ne maitrisent pas parfaitement.

Certains Politiques ne sont pas en reste non plus, qui ont reprochés au Président et au Gouvernement de trop affoler l’opinion au début puis de ne pas avoir réagit suffisamment tôt ensuite et qui donneront finalement tort à tous ceux qui prennent des décisions, furent murement réfléchies et étayées scientifiquement.

 

La Médecine moderne est préventive, prédictive, personnalisée et participative. Elle doit également être pertinente en mesurant la justesse des moyens diagnostiques et thérapeutiques.

La décision politique doit également intégrer toutes les données du contexte économique, environnemental, social pour être efficace.

 

La population ne s’y trompe pas en applaudissant tous les soirs les soignants, tous les soignants quelque soit leur fonction dans la chaine du soin.

 De même les élus locaux qui redoublent d’engagement avec les moyens du bord méritent le respect et ne doivent pas être confondus avec ces « parlementeurs » qui inondent les ondes nationales.

 

En ces temps difficiles, c’est d’humilité dont nous avons besoin. D’humilité et du sens des responsabilités.

Publié le avril 20, 2020, dans Ce que j'ai à vous dire. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :