112ème Congrès du Parti Radical

112-eme-Congres-Parti-Radical Pour les radicaux, depuis 112 ans, la république est un beau parti.

Ce congrès fut encore l’occasion d’un débat libre et démocratique qui a su rester digne. Et pourtant, l’élection présidentielle n’est pas l’obsession du Parti Radical. Nous avons toujours combattu la césarisation du pouvoir et le délire médiatique qui s’empare de cette échéance alors que les majorités se constituent lors des législatives pour gouverner la France. Mais puisque la constitution de la Vème république, que nous aspirons à voir évoluer, nous impose cette conjucture, nous ne l’esquivons pas.

La résolution proposée par Jean Louis BORLOO et adoptée à 76 % a repris la motion que j’ai défendue avec Laurent HENART. Elle réaffirme l’indépendance du Parti Radical. Une indépendance chèrement acquise au dépend de l’UMP et qui rassemble tous les radicaux. L’indépendance, c’est la liberté, mais la liberté impose la responsabilité. Elle nous impose de nous engager : « Libre et engagé » comme l’a écrit Jean Louis BORLOO.

L’indépendance ce n’est pas l’isolement. L’indépendance nous impose un choix, un choix clair et courageux. Bien sur, comme le réclamaient les Jeunes Radicaux avec l’insouciance de leur jeunesse, il serait plus confortable d’attendre le 1er tour pour se prononcer, marquant ainsi notre rejet d’une partie du discours que nous entendons à droite. Mais le Parti Radical, celui de Jean MOULIN n’a pas attendu 1945 pour résister. Notre honneur est de prendre parti immédiatement.

Nous l’avons fait en cohérence avec notre choix de société qui n’est pas celui de la coalition HOLLANDE-MELENCHON-JOLY. Nous l’avons fait en cohérence avec nos engagements depuis 1971 et le refus de l’union de la gauche qui tournait le dos au centre. Nous l’avons fait en cohérence avec les avancées sociales comme le RSA ou le Grenelle de l’Environnement qui ont été soutenues et portées par les radicaux ces dernières années. Nous l’avons fait en cohérence avec notre objectif que sont les élections législatives qui restent notre priorité. Nous avons la volonté de constituer un groupe central de la vie politique française qui rassemble les républicains humanistes, sociaux et européens et assure notre indépendance financière.

Aussi nous nous engageons avec exigence. Exigence envers le candidat de notre camp et exigence envers nous même.« Engagé pas Enrôlé » disait le philosophe radical ALAIN. Nous ne nous rallions pas à Nicolas SARKOZY comme Christine BOUTIN pour sa conception de la famille et quelques circonscriptions négociées. Non, nous nous engageons dans la campagne pour affirmer nos valeurs. Nos valeurs qui n’affaiblissent pas, qui ne divisent pas notre camp mais au contraire qui l’enrichissent, qui sont une plus-value capable de rassembler et de rassurer les électeurs ébranlés par les propos déplacés du début de campagne de l’UMP.

Mais ne nous réduisons pas à être le vernis social du soulier gauche d’un candidat boitant trop lourdement sur son pied droit ! Il y a des lignes à ne pas franchir et nous ne les franchirons pas. Nous restons les pieds sur terre bien ancrés dans nos convictions car comme disait CLEMENCEAU « même un pied dans la tombe j’aurai encore l’autre dans le derrière » de cette droite extrême qui reste notre adversaire. Cette droite extrême, cette droite populiste et cette « droite populaire » qui s’en rapproche et qui trouvera des candidats radicaux en face d’elle aux élections législatives. C’est ce que j’ai réclamé au nom de la Fédération du Rhône.

Il y a un débat au sein de la majorité entre les forces progressistes auxquelles nous appartenons, les forces conservatrices que nous voulons faire bouger et les forces réactionnaires que nous combattons.

Enfin il y a le grand meeting de Villepinte auquel j’ai demandé à Jean Louis BORLOO de ne pas aller. Le Parti Radical sera représenté par notre secrétaire général Laurent HENART qui portera l’engagement du Parti Radical pour le candidat de notre camp. Jean Louis BORLOO comme Rama YADE ne pourront partager l’estrade de Nicolas SARKOZY que lorsque nous seront rassurés par un discours plus conforme à nos valeurs. Nous voulons une France Forte et Juste et n’oublions pas que nous étions engagés ensemble pour que tout soit possible. Le principe du référendum qui divise les Français entre les « pour » et les « contre » est une conception à l’opposée du principe du Grenelle qui rassemble les représentants légitimes de toutes les tendances concernées par un sujet pour obtenir un engagement commun. Le Grenelle de l’environnement restera une des réussites du mandat de Nicolas SARKOZY, c’est cet état d’esprit que nous voulons rappeler dans la campagne que nous allons engager.

Publié le mars 13, 2012, dans Ce que j'ai à vous dire, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :