Retour sur les propos du Pape

Le but d’un blog « politique », c’est de susciter le débat : « Peu importe que l’on partage mes réponses si l’on n’ignore pas mes questions » (Malraux). Avec cet article, on peut dire que c’est réussi. Je dois des explications sur la forme, sur le fond et des réponses aux commentaires.

La forme tout d’abord : j’ai provoqué des réactions avec une accroche journalistique, comme dans l’article sur la ROLEX, parce que ce blog s’endormait un peu, ronronnait. « Jésus réveille-toi, le pape est devenu fou » tout le monde aura reconnu la référence au printemps de PRAGUE : « Lénine réveille-toi, ils sont devenus fous ». Ceux qui affichaient ce slogan étaient des communistes convaincus, utopiques qui ne comprenaient pas la brutalité des soviétiques, l’abandon de leurs idéaux. Les propos du Pape ont choqué même des chrétiens convaincus. Alors, certes, ils sont extraits d’une déclaration plus longue que le père Tabone a bien voulu rapporter in extenso dans ce blog. Le Pape n’a pas été élu contre son gré. Il sait que sa parole porte. En faisant une conférence de presse en se rendant en Afrique, Benoît XVI, en homme averti s’exposait. Il savait que chacun des mots qu’ils prononçaient seraient repris. Je suis souvent confronté aux raccourcis de la presse qui sort des phrases de leur contexte et en détourne le sens. Si l’on ne veut pas prendre ce risque, on ne s’adresse pas à la presse, on ne prêche que dans son église. Et je ne me permettrai jamais de critiquer ce que le Pape dit à ses fidèles dans son église. En revanche lorsqu’il s’exprime dans la sphère publique, il s’expose à la discussion, aux critiques, à la dérision et même aux caricatures. Il en va de nos libertés fondamentales, de notre culture depuis le siècle des lumières « Sans la liberté de blamer, il n’est point d’éloge flatteur » (Beaumarchais).

Sur le fond maintenant : « La distribution de préservatifs risque d’augmenter le problème du SIDA ». Ce n’est pas le maire de Belleville qui s’émeut dans mon blog, c’est le médecin, le vice-président du conseil général chargé de la santé et de la prévention, le citoyen éclairé, le père de famille. J’assume dans l’expression de mon blog toute la cohérence de mes engagements. Je suis suffisament averti de cette maladie, des moyens de préventions, des campagnes d’information pour mesurer les dégâts que peut commettre la parole publique d’une autorité spirituelle comme le pape. C’est parce que je crois que cette phrase, distillée au milieu d’un discours remarquablement bien construit sur le sujet du SIDA, n’est pas anodine, que je m’interroge pour savoir si elle est innocente. Je reconnais au pape le droit de rejeter le préservatif, d’être contre l’avortement et prôner la fidélité et l’abstinence. Mais il n’est pas autorisé à se prononcer publiquement sur un sujet de santé publique comme la diffusion du SIDA en Afrique en sapant des campagnes mondiales qui visent à épargner des êtres fragiles parce qu’ignorants et de cultures différentes de la sienne. C’est Jésus qui a dit : « rendons à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Jean Claude BARRAUD dans ses « vérités chrétiennes » en fait le 1er anticlérical militant, je partage cet anticléricalisme, qui n’est pas anti religieux. Je me battrai pour votre liberté religieuse, votre liberté de culte même si je ne partage pas votre foi. C’est ça la tolérance et le respect de la laïcité. Mais je réagirai chaque fois qu’un chef religieux sort de sa réserve pour donner des conseils de santé publique. Les propos du pape sont dangereux et même criminels car aujourd’hui dans l’état actuel des connaissances, la distribution de préservatifs n’augmente pas le problème du SIDA mais est le moyen le plus efficace de lutter contre sa propagation. Je le sais, j’ai le devoir de le dire, c’est mon rôle de médecin, d’homme public et de père, de le répéter. Si j’ai fait une allusion aux sites pornos sur internet, dont nous devons protéger nos enfants, c’est parce que je ne souhaite pas que mes enfants , mes patients soient atteints par les propos irresponsables du pape sur l’utilisation des préservatifs. J’encourage chaque jour mes patients et les jeunes à utiliser des préservatifs pour des rapports non assurés. Il ne m’appartient pas de les juger, je me dois de respecter leurs sentiments, leurs pratiques et de les informer des connaissances scientifiques reconnues à ce jour.

Je n’étais pas intervenu sur la réintégration de Monseigneur Williamson après ses propos négationnistes. Que le pape décide ou non qu’un négationniste joue un rôle dans son église, c’est le problème de son église. Même si à titre personnel, j’ai été aussi choqué qu’un grand nombre de chrétiens. Je ne me suis pas prononcé non plus, bien que l’on me l’ait demandé, après l’excommunication de cette enfant martyre violée par son beau père. Sa mère qui l’a accompagnée et le médecin qui a réalisé l’interruption thérapeutique de grossesse ont également été excommuniés. C’est encore le problème de l’église de savoir qui elle rejette. Je me suis réjoui que les des Droits de l’Homme ait permis à la société brésilienne de prendre en charge et d’accompagner cette enfant et sa mère. Cela rassure sur le degré d’humanité qu’atteignent grand nombre d’états sur la planète. Le fait que le pape n’ait pas été suffisament clair et ferme pour dénoncer les propos de Williamson et pour compatir et accompagner cette famille brésilienne éprouvée lui a fait perdre de son autorité morale internationale. Il a réduit son rôle à celui d’un chef de clan intégriste et rétrogade, déconnecté de la réalité et de l’actualité.

Je suis surpris du procès d’intention que l’on me fait. J’assure que je tiendrais les mêmes propos sur les chefs religieux musulmans et juifs qui se risqueraient à de telles provocations. D’ailleurs je les trouve en l’occurrence, très discrets, très complaisants voir même complices. Comme quoi les intégrismes se reconnaissent. Enfin je m’étonne que l’on me suspecte de craindre une accusation d’incitation à la haine raciale si je dénonçais une ingérence publique d’autres chefs religieux. A quelle race fait-on allusion ? La race musulmane ? Je ne confond pas les religions, que je respecte, avec les races qui pour moi n’existent pas. Mes études m’ont appris qu’elles n’existaient que dans l’imaginaire des racistes. Et là encore, comme Voltaire, je serai impertinent et résolument engagé pour combattre ce fléau de l’humanité. Car savez-vous qu’il y a des gens suffisament tordus pour se réjouir de voir une « prétendue race noire » exterminée par le fléau du SIDA ? Ma fraternité va au-delà de ceux qui ne seront épargnés que par l’abstinence. Elle s’adresse à ceux d’autres cultures, d’autres comportements que je ne m’abstiendrai pas d’aider et de soutenir. La Fraternité ce n’est pas « préférer son frère à son cousin, son cousin à son voisin et son voisin aux étrangers » (Le Pen) c’est considérer chacun comme son frère dans le respect de sa différence. Mes propos sont certainement inspirés de mon éducation chrétienne et du message de celui qui a fini sur une croix pour s’être dressé contre l’obscurantisme des gens d’Eglise de son époque.

P.S : Je prendrai contact avec le père Tabone pour échanger en ma qualité de Maire, car ce blog ne doit pas devenir un dialogue. Je répète que son but est de provoquer la réflexion et le dialogue mais surtout pas de provoquer telle ou telle personne.

Publié le mars 27, 2009, dans Vie Municipale, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :