Le RCBB (Rugby Club de Belleville et du Beaujolais)

Mardi 29 janvier : soirée du RCBB, qui recevait ses sponsors à « la Matelote ». Après le mot du Président, Marcel GREFFET, et l’hommage rendu à Raymond DESRAYAUD, le journal du club, « L’essai », a été distribué à l’assemblée (joueurs, bénévoles, éducateurs, dirigeants et sponsors) venue nombreuse. Le RCBB m’avait demandé d’en rédiger l’éditorial :

« La coupe du monde a bien illustré le talent et les insuffisances du rugby français. Le talent d’abord avec la victoire sur les Néo-Zélandais, grands favoris de la compétition, et une organisation remarquable sans incident.
Tout était prévu pour une finale en apothéose avec la victoire sur les « all black » seulement voilà, nous ne nous sommes pas retrouvés en finale et nous ne leur avons pas permis de jouer en noir.
Le rugby est un sport de voyous pratiqué par des gentlemen.
Je regrette que les Français n’aient pas été assez gentlemen pour laisser les blacks jouer en noir. Même si la France avait joué en blanc, les Néo-Zélandais n’y auraient vu que du bleu tant la motivation et le talent étaient de notre côté, ce jour-là. D’ailleurs la couleur ne fait rien à l’affaire car nous avons bel et bien perdu face aux blancs d’Angleterre le match suivant.
Si je suis fier de l’histoire de France et des actes d’héroïsme qui font sa grandeur, la lecture de la lettre de Guy MOQUET avant le 1er match n’avait rien à faire dans ce contexte de combat certes, mais sportif ce qui n’est pas de guerre. Espérons que notre nouveau Secrétaire d’Etat aux Sports introduira l’esprit du rugby dans le monde politique après avoir échoué dans l’introduction de la communication politique dans le monde du rugby.

Les insuffisances du rugby français, enfin, c’est sa suffisance. Croire que notre seul adversaire serait la Nouvelle-Zélande en finale et mépriser les autres rencontres, c’est ne pas savoir qu’au rugby une équipe motivée, même avec moins de moyens, peut battre n’importe qui. L’Argentine nous en a fait la démonstration avec des joueurs, « morts de faim », un entraîneur bénévole et une fédération en crise. Les Argentins resteront les héros de cette coupe du monde avec un trois-quart aile amateur et un centre buteur qui a pris le temps de devenir chirurgien pendant sa carrière de rugbyman.

Voilà un bel exemple pour notre jeunesse qui a découvert le rugby et vient grossir les effectifs de nos clubs. Le RCBB a la lourde tâche dans notre secteur de leur apprendre que le rugby ce n’est pas le show-biz, que les rugbymen ne sont pas des mannequins de calendriers mais qu’ils auront à se surpasser, à respecter les autres, tous les autres, et qu’ils s’y feront des amis sincères et des souvenirs merveilleux.

Le rugby n’est pas une affaire de « fric » c’est une histoire d’homme et ça le RCBB le sait bien. »

Publié le janvier 31, 2008, dans Vie Municipale, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :